Index du site

Jardinez et jasez potager

Atelier pratique sur les semis intérieurs

Trucs pour le potager   -   Photographies de légumes   -   Les semis intérieurs   -   Les légumes oubliés   -   Les arbres fruitiers - Mon forum horticole

Bonjour à tous,

En février 2005, j'ai présenté un atelier pratique sur les semis intérieurs lors d'une soirée à la Société d'horticulture et d'écologie de Lachine.  Pour ce faire, j'ai préparé un document que j'ajoute ici sur mon site web pour aider ceux qui débuteraient dans les semis intérieurs.

Manon Collard   info@jardinpotager.com

Achat de semences

Atelier pratique sur les semis intérieurs

Cliquez ici pour vous rendre sur la page de commande.

Plus de 60 variétés de tomates anciennes qui méritent de pousser dans votre potager

Vous recherchez des semences de Melon de Montréal
Il faut croquer le fameux concombre -citron!
Un potiron qui attirera l'attention dans votre potager et comme décoration d'halloween !
Pourquoi faire des semis? 

Partir mes semences est toujours une activité qui est très importante à mes yeux; il y a tant d'espoir... :-) dans une si petite semence.

Les semis intérieur demande naturellement plus de travail mais c'est évidemment plus économique... même s'il faut dépenser plus d'argent pour l'équipement et les accessoires de base nécessaires pour la germination la première fois. 

Cette activité nous permets d'avoir dans nos jardins et potager d'autres variétés de plants que celles offerts par les grands producteurs. 

Pour avoir un avant-goût du printemps en Mars et Avril dans nos maisons et en retirer plus de plaisir, de fierté ou de satisfaction à voir pousser nos graines!
1.   Les catalogues de semences

Il y a plusieurs bons fournisseurs de semences au Québec qu’il faut encourager, pour les fleurs, je ne suis pas « chatouilleuse » sur la provenance des semences et j’accepte de mettre des Mackenzie dans mes plates-bandes.  Je ne voudrais pas oublier le fournisseur Horticlub qui a pignon sur rue à Laval qui est une grosse boîte commerciale.

Pour les légumes, je suis bien « écolo », il faut qu’elles proviennent de fournisseurs bio comme :

Le Grand Portage à St-Didace – Yves Gagnon

La Société des plantes – Patrice de Kamouraska

Mycoflor – Richard O’Breham de Stanstead dans les Cantons de l’Est

Et bien sûr moi qui vends des semences en grande majorité, des tomates.

Index des préparatifs

2. Le choix des contenants

1- Les catalogues de semences

2- Le choix des contenants

3- Les semences

4- Le terreau

5- Les semis

6- L'arrosage

7- L'émergence d'une pousse du sol

8- L'éclairage

9- Le repiquage

10- L'acclimatation

11- La transplantation

 

Pour vos semis!  Il n'est pas nécessaire de vous procurer à grand prix les contenants en mousse de tourbe qui au fil des années ont doublés de prix... c'était bien trop pratique!  Devant ce fait, j'ai commencé à regarder dans ma cuisine, les pots de yogourt et les contenants à champignons sont bien pratiques pour partir les semis... avant le premier repiquage. 

Par contre, pour bien différencier mes variétés de tomates, j'utilise les verres en styromousse qui seront utiles jusqu'à la fin de l'été... même s'ils ne sont pas écolo... je ne peux plus m'en passer. 

Pour les boîtes à oeufs, je dois vous avouer que j'ai fais l'expérience et que ça pousse trop vite à mon goût, j'aime bien décidé du moment du repiquage et non lorsque les racines du semis sortent du contenant à oeuf, vous pouvez l'essayer mais ne prenez pas les contenants en carton, ils se dégraderont trop rapidement et ça pourrait donner une chance au vilain "fonte des semis" de se pointer le nez puisque le contenant en carton sera mouillé... développant la pourriture. 

Trouvez d’abord des contenants offrant un bon drainage, comme des caissettes, de vieux pots, des pots de margarine au fond percer de trous. S’ils ont déjà servi, lavez-les avec de l’eau savonneuse en ajoutant de l’eau de Javel pour bien les stériliser

3. Les semences

Si vous n'êtes pas certain que vos graines/semences sont encore pleines de vitalité, il s'agit de faire cette opération très simple; il faut disposer de 10 graines dans un "essuie-tout" humide que vous roulerez et le déposer dans un sac de plastique au-dessus du réfrigérateur, du chauffe-eau ou dans un endroit chaud et ce, pour voir si les graines vont germées (délai 1 à 2 semaine) et vous confirmer si elles sont bonnes pour des semis. Il faut savoir que dès que l'humidité fait gonfler la graine, elle développe une racine. Vous pouvez commencer aujourd'hui même!

Test de germination

4. Le terreau

Il existe sur le marché d’excellent terreau à semis, la compagnie Premier offre plusieurs variétés de terreaux… de ProMix à Premier ou ProMix pour experts.

Dans tous les cas, il est de culture léger et polyvalent idéal pour les semis, l'empotage, le repiquage et la transplantation. Fait de tourbe de sphaigne de qualité supérieure, il retient bien l'humidité tout en permettant le drainage et l'aération des racines.  Vous remarquerez que le sac ne pèse pas comme un sac de terre noire.

De ce fait, le terreau à semis est très pauvre… il faudra l’amender avec des engrais lors de la pousses des semis.

Si vous voulez fabriquer votre propre terreau à semis, ne prenez pas la terre noire qui est trop lourde pour les semis, il faudra deux portions de terreau, compost et de sable… pour alléger le tout.

Pour ma part, avec le terreau à semis j’aime bien faire un petit mélange immédiatement pour améliorer la richesse de mon terreau et donner dès le départ à mes semis l’énergie de bien pousser… j’ajoute du compost de crevettes dans mon terreau à semis, je les mélange ensemble et j’humidifie le tout avec de l’eau chaude pour que ça devienne une sorte de pâte… mouillée … qui accueillera mes semences.

5. Les semis

Avant tout, il faut savoir que certains variétés de légumes ou fleurs se sèment mieux à une certaine période donnée que n’importe quand dans l’année… par exemple :

Si vous semez en janvier vos semences de concombres, vous risquez d’être envahi dans la maison… et ce, bien avant la mise en terre prévue seulement pour le mois de juin.  Il est bien important d’en tenir compte… car c’est bien désagréable pour votre entourage immédiat dans la maison… qui n’ont pas les mêmes motivations que vous pour le jardinage et aussi il faut penser au plant qui en plus de pousser au stade « d’adulte » dans la maison n’aura pas les même nutriments dans la terre que s’il passait sa vie d’adulte en pleine terre dehors.  Rappelez-vous que les semis rendu au stade adulte auront besoin de plus de temps qu’un semis adolescent qui pourra s’acclimater plus facilement au changement lors de la transplantation en pleine terre…

Il ne faut pas oublier que la grosseur d’une semence vous indiquera la profondeur à semer votre graine.  Eh oui, regardez bien les semences de tomates ou laitues et vous comprendrez qu’il ne faut pas que ce soit trop profond… il faut les mettre simplement à la surface et faire une petite pression avec notre doigt pour que la graine colle sur le terreau humide.  Par la suite, on rajoute un peu de terreau humide dessus.

Par ailleurs, il arrive souvent que vos semences soient de taille « lilliputienne » (minuscule) et que lorsque ça pousse, vous remarquiez que vos plants seront très rapprochés. Si vous devez les « repiquer » , il faut se rappeler que les plants sont très fragile et subissent un choc à chaque "repiquage" et que quelques-uns ne tolèrent pas du tout le repiquage. 

C'est pour cela qu'avant de procéder à mes premiers semis, je décide immédiatement des plants qui ne seront pas "repiqués" en les semant directement dans un pot de tourbe biodégradable. De cette façon, il s’agit de regarder la croissance et de garder qu’un plant par contenant et de couper la tête des autres plants autour, ne pas déranger les racines, car très fragile. J’ai bien de la misère à couper la tête des plants qui pousseront dans le même pot et maintenant avec mon expérience, je les sauve tous ou presque.

Lorsque vous semez en pot individuel, semez une à trois graines par contenant car pour n’importe quelle raison, une semence peut décider de ne pas sortir du sol.

Placez vos contenant devant une fenêtre non ensoleillée jusqu'à la germination. Conservez le semis constamment humide durant la germination, en placent le dôme de plastique par dessus le bac si vous utilisez ceci.  Si c’est simplement un pot, n’hésitez pas lui faire une serre en déposant votre pot dans un sac à plastique transparent (pour vous permettre de voir les pousses sortir). Une température de 20 à 25 Celsius  est requise pour favoriser la germination. Vous pouvez aussi déposer sous vos contenants un « tapis chauffant » ou un bon « vieux pad électrique » qu’on n’utilise plus dans la pharmacie et ce, pour faire augmenter la chaleur sous vos semis, ce qui incitera vos semis à sortir rapidement du sol.

Dès que la germination commence, vous devez placer votre contenant/ pot ou bac de semis devant une fenêtre où le soleil sera très présent ou sous votre installation de tubes fluorescents qui ne coûte pas très cher maintenant et il n’est pas nécessaire d’acheter des néons « pour les plantes »… tout pousse très bien avec les autres néons, il suffi que l’éclairage soit toujours là durant 8 à 12 heures par jour pour permettre aux jeunes pousses de faire leur photosynthèse

Attention :

Si vous semez trop creux, vos semences risquent de ne pas voir le jour ou de pourrir simplement dans le fond du contenant.

6. L'arrosage

Comme vous avez bien humidifié votre terreau avant de semer vos semences, vous n’aurez pas besoin d’arroser dans les premiers 24 hrs.  Vous pouvez vous préparer un arrosoir au bec fin (pas celle que vous prenez pour les fleurs dans la plate-bande) en l’a remplissant d’eau… il est souhaitable d’arroser vos semis avec de l’eau à la température de la pièce… pour ne pas « stresser » les semis avec de l’eau froide.

Après la deuxième journée que vos semis seront en terre, arroser vos semis tout doucement pour éviter de déranger les semences qui essayent de s’accrocher au terreau et sortir du sol… vous savez, c’est comme si on vous demandait de vous lever mais que quelqu’un ne cessait de vous repousser au sol… c’est pas évident!

Si vous disposez vos semis près d’une grande source de chaleur comme un radiateur, surveillez particulièrement deux fois par jours pour éviter qu’il y ait assèchement de votre sol… un truc pour vos si c’est arrosé ou pas… regarder la couleur brune, si c’est foncé, c’est arrosé ou encore humide.  Par contre, si votre terreau est brun pâle… il manque d’eau… Avec un tapis chauffant, la chaleur est plus continue et n’assèche pas le sol aussi facilement.

Mortalité à l’affût :

Porter une attention à votre terreau, si vous voyez qu’il s’assèche, n’hésitez pas à arroser… car il y a deux choses de « mortel » pour les semis, le terreau sec et le terreau trop humide!!!

Je m’explique :  Si votre terreau est devenu sec, la semence qui a besoin d’humidité pour germer ne pourra le faire sans problème.  Et si votre terreau est trop mouillé… que vous pouvez même « tordre » celui et voir des gouttes d’eau sortir… il y  a des chances que la dame « Fonte du semis » vienne sur vos semis… ce qui fera qu’un soir en regardant vos semis, vous serez fière de vous… et qu’au petit matin à votre réveil lorsque vous vous précipitez pour voir s’ils ont bien poussés durant la nuit, vous constaterez qu’il vous manque des plants…  ce n’est pas votre chat qui aura pris les plants durant la nuit, c’est plutôt la « fonte du semis ».

Il faut aussi se prémunir d’un ‘pouch pouch’ (atomisateur) qui sera utile par moment pour recréer le climat tropical… en arrosant le feuillage des semis lorsqu’ils seront plus grands.  Ne faite pas de folie, c’est disponible à 1$ au Dollorama.

 

Remède pour prévenir la fonte du semis

La fonte des semis est le plus souvent observée dans un sol froid et humide. L'air humide et stagnant est aussi un facteur qui favorise le développement de la fonte des semis. Comme son nom l'indique, cette maladie s'attaque au semis, pouvant apparaître dès la mise en terre des graines aussi bien qu'au stade plantule. La tomate, par exemple, n'est plus susceptible après le stade 2 ou 3 feuilles.

Avant d’utiliser n’importe quoi comme produit, il faut penser à limiter les dégâts… soit de s’assurer que notre bac qui héberge nos semis n’a pas un excédent d’humidité, si vous utilisez un couvercle transparent sur vos contenants, assurez-vous en enlevant l’excédent d’eau avec un essuie-tout les gouttes qui se trouvent sur le couvercle.  Un petit truc est de soulever un coin de votre couvercle pour laisser passer un peu d’air avec un bâton de popcicle.

Par ailleurs, il existe plusieurs produits écolos et moins écolos… comme le liquide « No-Damp » vendu en magasin qui est un produit chimique qu’on ajoute dans notre eau d’arrosage.

Pour les produits écolos, j’utilise la  « tisane à la camomille » tiède et non juste sortie de la bouilloire… et dont j’arrose mes semis 1 fois par semaine au début de leur croissance et dès que le semis offre plus de 4 vraie feuilles, je cesse ce truc.

Pour la « poudre de cannelle » je l’a saupoudre directement sur le terreau de mes semis… et lorsque j’arroserai la prochaine fois, ça rentrera dans le terreau et vous remarquerez une bonne petite odeur de cannelle, ce qui n’est pas désagréable en soit! Hihihi

 

7. L'émergence d'une pousse du sol

Par la suite, certains semis mettront quelques jours à sortir du sol tandis que d’autres seront très longs et vous penserai avoir manqué votre coup mais il faut être patient.

4 vraies feuilles…

Il faut savoir que les deux premières feuilles qui sortent du semis sont appelées des « cotylédons » et n’ont rien à voir avec les vraies feuilles, vous remarquerez par la suite que les feuilles par exemple d’un plant de tomates ne ressemblent pas aux « cotylédons ».

 

Lorsque les cotylédons sont apparus, j'ajoute toujours dans mon eau d'arrosage un supplément liquide de fer dont la formule est 8-7-6 de Miracle-Gro soit une quinzaine de gouttes pour 2 litres d'eau. C'est un engrais liquide pour plantes d'appartement avec Fer chelaté, ce qui aide les plants à se fortifier et solidifier les tiges. Il y a aussi l’engrais liquide à Émulsion de poisson qui est très pratique.  Désormais mon engrais préféré est un engrais liquide d’algues marine.

Pour savoir combien de temps ça prend pour voir sortir le semis du sol, je m’y connais plus dans les légumes et voici un petit tableau qui vous indique selon mon expérience personnelle qui n’a rien de scientifique en combien de jours les semis lèveront du terreau;

Type de légumes Nombre de jours Première vraie feuilles Type de légumes Nombre de jours Première vraie feuilles
Tomate 4 à 10 jours 7 jours

Oignon et poireau

8 à 20 jours pas de cotylédon
Piment / poivron 4 à 20 jours

10 jours + tard

Basilic 6 à 15 jours

10 jours + tard

Aubergine 5 à 15 jours 10 jours + tard Brocoli 8 à 15 jours 10 jours + tard
Concombre 3 à 10 jours 5 jours + tard Citrouille 3 à 10 jours 5 jours + tard
Melon 3 à 10 jours  5 jours + tard      
Laitue 5 à 10 jours 5 jours + tard      

Pour les semis de fleurs, je vous réfère au tableau que Réjean Genest horticulteur de la région de Granby à mis disponible sur son site web qui se nomme

http://lesbeauxjardins.com/jardinons/annuelles/calendrierannuel.htm

8. L'éclairage

Pour bien réussir ses semis, il faut prévoir 8 à 12 heures de lumière par jour. Les fenêtres situées vers l’Est ou le Sud conviennent bien. Par ailleurs, il vaut mieux prévoir un éclairage d’appoint comme les fluorescents. Il n’est pas nécessaire d’avoir des fluorescents pour les plantes comme Vérilux ou Vitalite, je réussis très bien avec les "coolwhite". Il faut les placer à 6 pouces ou 15 cm des plants. Pourquoi des fluorescents au lieu de lumières incandescents ? Simplement que l'éclairage incandescent dégage trop de chaleur et pas assez de lumière.

9. Le repiquage

   Quand les plants commencent à se toucher, il faut prendre une décision : si vous voulez conserver tous les plants, il faut les repiquer dans de petits pots individuels. Sinon, éclaircissez en supprimant un plant sur deux. Dans les deux cas, on assure à chaque plant assez d’espace pour bien se développer. D’ailleurs, quand les plants grossissent, il peut être nécessaire d’éclaircir encore une fois ou deux ou d’espacer davantage les plants en pot individuel. Voici un montage de mon ami André Grenier qui pourra vous aider lors du repiquage.

Avant de débuter le repiquage il faut bien arroser les semis pour faciliter leur déménagement.

À l'aide d'un bâtonnet à café en bois, déterrez les semis, un à un en les tenant par une feuille du bout des doigts. Un crayon peut aider à faire le trou dans le nouveau contenant.


Il est prouvé que moins on "repique" un jeune plant mieux il croîtra. Une seule exception... pour ceux qui comme moi partiront des tomates à l'intérieur, elle semble végéter de mieux en mieux lorsqu'on l'a "repique" plus profondément à chaque fois. Pour réussir le "repiquage" de vos semis, usez de délicatesse et travaillez avec minutie. 

10. L'acclimatation
Avant de transplanter vos plants à l'extérieur en mai ou juin prochain, il faut avant tout acclimater vos semis à la température "ambiante" de dehors... car à l'intérieur de la maison et sous les néons, ils sont dans un endroit protégé contrairement à l'extérieur où les chauds rayons du soleil du printemps pourraient "brûler" le feuillage de vos plants et le froid des nuits pourraient donner un coup de mort à vos plant... il serait dommage d'hypothéquer tout le travail que vous avez fait depuis plusieurs semaines. 

De ce fait, il faut au début du mois de mai (si la température est plus haute que +12 celsius) sortir vos plants à l'extérieur dans un coin protégé par le vent et le soleil au début... il faut laisser les plants s'acclimater à la température et le soir, lorsque la température peut descendre à seulement +5 celsius... on rentre le tout dans la maison!

Eh oui, vous devez vous dire que ça aucun sens... mais il faut ce qu'il faut et pour vous aider à gérer le "voyagement" de vos plants, je vous suggère de les disposer directement un "bac en plastique" transparent qui vous facilitera la tâche pour le "voyagement"... le côté transparent du bac est utile pour éviter de "couper" de l'éclairage naturel aux plants.

Après une semaine de ce petit jeu... pour la température, vous remarquerez sûrement que le feuillage de vos plants semble "plus vert" qu'à l'intérieur, c'est un signe qu'ils apprécient le transfert. 

Par la suite, il faut commencer à penser à les mettre directement au soleil qu'une ou deux heures dans une journée... pour les habituer car comme je le disais plus haut, ils pourraient "brûler" au soleil... je sais que certains diront "le feuillage" repoussera... mais je vous répondrai que ça affecte aussi le plant dans sa croissance (rappelez-vous lorsque vous avez eu un gros coup de soleil... vous n'étiez sûrement pas en grande forme par la suite... et même durant plusieurs jours ... le temps que la température de votre corps diminue et que la peau commence à "caler").

Je dirais qu'à cette étape avant la transplantation ce qui est le plus important est de se tenir au courant de la température surtout du "mercure" pour savoir s'il n'y aura pas de gel durant une journée...  la nuit ne laissez jamais vos plants à l'extérieur au début.  On fait cette procédure deux ou trois semaines pour éviter de planter directement en pleine terre nos jeunes plants qui ne supporteront pas les pluies fraîches de la fin mai… ni le soleil et ce, pour éviter tout choc de transplantation qui retarderait la progression des plants par la suite.

11. La transplantation
Voici en photo comment planter vos plants par exemple les tomates, il faut "coucher" le plant dans le trou qui est d'une bonne profondeur (de 5 pouces (15cm)).  En "couchant" le plant, ça lui permettra de solidifier sa tige centrale et développera plusieurs racines dans le sol. Il faut sortir seulement que la tête du plant en le redressant doucement en déplaçant de la terre autour, par la suite disposer immédiatement votre tuteur et pour ma part, j'ajoute le verre en styromousse que j'utilisais pour le semis car il est indiqué le nom de la variété de la tomate.
Pour vous aider, voici différents liens de mon site qui concerne les semis

Si vous désirez vous procurer des semences de tomates anciennes ou d'autres légumes sortant de l'ordinaire et par le fait même, encourager mon site web, cliquez sur l'image 'Cultivez la différence' ou ici tout simplement.  

Merci pour votre encouragement!

Cliquez ici pour vous rendre voir les nombreuses variétés de semences que je vous offre sur mon site web

Autres pages de mon site à visiter
Vive la tomate Les méthodes de jardinage Tout sur l'ail  Les semis intérieurs Fabriquer vos pots de semis                Index des semis        
Mon potager Mon forum horticole Achat de semences Index du site Youtube, mes vidéos La culture de l'ananas

Copyright © Décembre 1999-2009
Manon Collard - Tous droits réservés - 
Les fonds d'écran, curseurs, images, photos et textes reliés à ce site appartiennent exclusivement à Manon Collard et ne peuvent être reproduites ou utilisées sans autorisation écrite de la part de l'auteur, sans quoi des poursuites judiciaires pourraient être entamées. Prière de ne pas utiliser en tout ou en partie sans mon autorisation écrite. Je vous suis gré de bien vouloir respecter mes droits.

Mise à jour le 04 mars, 2009